Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Communauté; catholique du Bon Pasteur de Thionville
  • Communauté; catholique du Bon Pasteur de Thionville
  • : Rencontre avec une communauté chrétienne catholique de Moselle, à Thionville (rive gauche). Trouver les infos qu'il vous faut: prière, réflexion, méditation, baptême, première communion,confirmation, sacrement de l'ordre, mariage, funérailles, .......
  • Contact

Adoration du St Sacrement




"Christ au centre,
Christ pour tous!"

Tous les mercredis soir, de 20h15 à 21h30, à l'église de Veymerange, venez prier et louer le Seigneur, sur fond de chants de taizé et de l'Emmanuel. Le Saint Sacrement est exposé pour l'adoration.

Rechercher

Réconciliation


Recevoir le pardon de Dieu: tous les premiers mardis du mois à 18h00 à l'église de TERVILLE; avant chaque messe; ou en faisant appel au curé de la paroisse

Que Dieu vous bénisse

Je vous souhaite la bienvenue sur le blog de la communauté de paroisses du Bon Pasteur ! Si vous souhaitez me contacter, vous pouvez le faire à l' adresse ci-dessous ou en me téléphonant au presbytère. 

  Le secrétariat est au presbytère de Veymerange,

16 rue St Martin, 57100 Veymerange.

Hors vacances, les heures d'ouverture du secrétariat sont: mardi et vendredi de 17h00 à 18h30 et mercredi de 10h00 à 12h00.

Durant les vacances scolaires, il n'y a qu'une permance le vendredi.

l:  03.82.50.40.06

 courriel: jp.kovacs@eveche-metz.fr

----------------------------------Pour vous informer:------------------

 
KTO, la télé catho:Lien vers KTO
 
FPour aider la quête diocésaine:faire-un_don2.jpg

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Ensemble, avec le Christ au centre, le Christ pour tous!
  Jean-Pierre Kovacs
Le curé de la Communauté du Bon Pasteur
 Notre partenaire:
http://toplouange.over-blog.fr

Articles Récents

9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 18:04

Rock dans les églises, les évêques cherchent la bonne mesure

FRANÇOIS-XAVIER MAIGRE du Journal LACROIX du 9 mars 2010

Phénomène incontournable depuis une dizaine d’années dans l’Église, le rock chrétien fait l’objet d’une étude très complète publiée par l’épiscopat

 

Selon une enquête britannique (1), les 14-24 ans passeraient près de six heures par jour à écouter de la musique… Autant sinon plus que le temps accordé aux jeux vidéo ou la télévision. Les jeunes chrétiens cultivent à leur manière cette fibre, favorisant l’émergence d’une nouvelle génération d’artistes décomplexés, mêlant culture rock et convictions religieuses : Grégory Turpin, P.U.S.H., Spear Hit, ou l’incontournable Glorious, qui a vendu plus de 100 000 albums depuis ses débuts, en 2000.


« Ces musiques font partie de leur univers, et nous devons en tenir compte », résume Isabelle Livache, responsable de la pastorale des jeunes du diocèse du Mans, attentive à « honorer cette composante ». « Pour permettre aux jeunes de rencontrer Dieu, nous devons partir de ce qu’ils sont. Aujourd’hui, on ne peut faire l’impasse sur la culture pop », estime de son côté Alexis de Labarthe, responsable de l’équipe musique du mouvement d’évangélisation « Jeunesse 2000 », qui n’hésite jamais à rajeunir un cantique usé, à introduire un rythme reggae dans un chant. De fait, rares sont les rassemblements qui n’ont désormais recours au rock chrétien pour attirer les jeunes.


Le phénomène est tel que les évêques de France ont engagé une réflexion sur ce qu’on n’hésite plus à nommer les « musiques actuelles chrétiennes » (MAC), objet de la dernière livraison des Documents épiscopat (2). Ce motvalise englobe toutes les musiques amplifiées d’inspiration religieuse, qui font la part belle à la guitare électrique, basse, batterie, cuivres, sampler et synthétiseur. Mais les « MAC » recouvrent en réalité une extrême diversité de styles et de démarches. Il fallait donc aider les évêques, prêtres et animateurs, souvent peu familiers de cette culture, « à y voir un peu plus clair », écrit dans la préface Mgr Benoît Rivière, évêque d’Autun, président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes. « À quelles conditions certaines peuvent être appelées musiques chrétiennes ? L’Église peut-elle davantage encourager voire initier des expériences innovantes ? »


Car si le « rock chrétien » n’est pas une nouveauté – des groupes comme Totus Tuus ou Exo avaient déjà ouvert la voie dans les années 1980, bien avant Glorious –, son ampleur n’a cessé de croître en dix ans, bousculant parfois les habitudes des communautés. Les labels spécialisés se sont multipliés (Première partie, Rejoyce, Gramofone…) et des festivals ont vu le jour (Festival de Pâques à Chartres, Bâtir sur le Rock à Laval, Open Spirit à Buzançais).

« Quand on demande aux jeunes ce qui les séduit, l’impact de la musique revient presque toujours. Pour eux, l’expérience spirituelle passe par l’expérience émotionnelle et l’engagement du corps », analyse Pierre Benoît, diacre lyonnais à l’origine de cette enquête.

Par endroits, la « pop louange » est en voie d’institutionnalisation. À Lyon, les rockeurs de Glorious proposent chaque semaine une veillée de prière aux jeunes du diocèse, avec enseignement et groupes de partage. Cette formule s’est récemment exportée dans le diocèse d’Albi, sous la houlette du P. René Luc, lui-même ancien pionnier du rock chrétien avec Totus Tuus.


« Beaucoup se lancent avec le désir de se mettre au service de l’Église », reconnaît Pierre Benoît, conscient des attentes de ces artistes, qui souvent vivotent de petits boulots et se sentent peu soutenus. Parmi eux, certains s’adressent parfois à un public profane, avec des textes plus personnels et une démarche spirituelle moins explicite : Theos, Aquero, Grégory Turpin ou Marina Poydenot…


Aussi l’étude distingue-t-elle quatre catégories susceptibles d’être considérées comme des « MAC » : les chanteurs grand public, qui témoignent de leur foi par des concerts, les ensembles de pop louange et de « paraliturgie », et, enfin, les groupes destinés à l’animation de messe, souvent au centre des débats dans les paroisses. À cet égard, animateurs et prêtres trouveront des pistes concrètes pour apprivoiser les « MAC » : « Tel morceau joué à l’orgue peut être repris au piano avec des variations de tempo et de tonalité. Tel cantique peut être repris avec un swing qui le rend vivant. » Au Mans, Isabelle Livache et son équipe misent sur la complémentarité des instruments.


« On peut faire de très belles choses, y compris dans le domaine liturgique, en mélangeant orgue, trompette et guitare », assure-t-elle.


Ce document a aussi le mérite d’aborder les questions qui dérangent, notamment les phénomènes émotionnels et charismatiques – chant en langues, paroles de prophétie… – qui accompagnent parfois les veillées de louange. Sur ce point, l’épiscopat est clair : ces manifestations ne doivent pas être « interdites » mais « accueillies, relues, accompagnées ». Quant aux artistes de spectacle, les évêques leur demandent de promouvoir un « message de vérité sur l’homme », respectueux de Dieu, en affichant clairement leur identité catholique. En d’autres termes, l’Église est prête à soutenir les « MAC », mais à certaines conditions…

« C’est une très bonne chose que l’Église se prononce enfin, se réjouit le chanteur Grégory Turpin. Mais plus que tout, je crois que ce milieu manque de professionnalisme, de structures. » La formation, sans doute l’une des clés pour que les « MAC » s’intègrent durablement, au-delà des préjugés, des clivages de générations et de sensibilités… En effet, relève Pierre Benoît, la relation entre la culture rock et la culture de l’Église de France « engage à des changements réciproques ».


Promouvoir un « message de vérité sur l’homme », afficher clairement une identité catholique.


(1) Étude menée par l’Université de Hertfordshire et la British Music Rights.

(2) Documents épiscopat1-2/2010, 6,50 €. RENS. : 01.72.36.68.52. ,

Repost 0
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 17:50

Glaces et neige… bénissez votre Seigneur !

 IMG_8992.JPG

 

Vendredi 29 janvier, l’alerte au verglas et à la neige n’a pas découragé les fidèles de la top louange… Bien plus réduite que lorsque les éléments sont plus cléments,  l’assemblée n’en était pas moins chaleureuse et joyeuse. L’abbé Dominique s’était posé la question de l’annulation, mais il a finalement choisi la fidélité et la persévérance, et  cela a permis à tout un petit groupe de se retrouver pour louer le Seigneur. Les rigueurs hivernales n’ont donc  pas été un obstacle aux retrouvailles fraternelles, au contraire…  Plus proches dans les bancs, plus proches de la table autour du cidre et des beignets, plus  proches dans les échanges après les chants et les prières, les chrétiens qui ont participé à la Top Louange de vendredi dernier ont vécu la communion promise par Jésus : « Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux », Mt 18,20.

 

« Louez le Seigneur depuis la terre … feu et grêle ; neige et brouillard...,

Jeunes gens, vous aussi, jeunes filles, vieillards et enfants»!

 

Psaume 148

 

 

 

Solange Kirsch

Repost 0
26 janvier 2010 2 26 /01 /janvier /2010 16:11

ÉGLISE EN MOUVEMENT

Les enfants de Moselle prient grâce au karaoké

ÉLISE DESCAMPS du Journal LA CROIX  26 janvier 2010

MOULINS-LÈS-METZ (Moselle) De notre correspondante régionale


Sur le modèle des prières des évangéliques, les temps de louange pour enfants – « Kids louange » – se sont développés dans le diocèse en renouvelant les formes de catéchisme.


« Maintenant, on lève les bras et on les balance de gauche à droite, d’accord ? » Une quarantaine d’enfants de 3 à 10 ans, dans le chœur, chante et se déhanche joyeusement face à un écran installé dans l’allée centrale, à la manière d’un karaoké. À la main, tambourins, claves ou rubans. Nous sommes à l’église de Moulins-lès-Metz, à la « Kids louange » que le curé de la communauté de paroisses organise un samedi matin tous les mois et demi depuis un peu plus d’un an, aidé de deux catéchistes.


Le principe est simple : proposer un temps de pratique religieuse court (quarante-cinq minutes) adapté aux enfants. Les mélodies et instrumentations sont entraînantes, les textes la plupart du temps tirés du répertoire évangélique ou de la communauté de l’Emmanuel. Le DVD est personnalisé, créé par le curé et une des catéchistes organisatrices à partir de photos des enfants et d’images de bandes dessinées.


La plupart des participants vont au cours de religion à l’école (en Moselle, la catéchèse figure à l’emploi du temps des écoles publiques), mais ils sont rares à aller à la messe chaque dimanche, alors la « Kids » devient leur principal rassemblement de chrétiens. « J’aime bien venir ici, les chansons sont bien », commente un garçon sur le ton de l’évidence. « La messe, c’est un peu rébarbatif pour les petits, alors que là ils viennent avec plaisir. La “Kids louange” est une façon de les toucher et d’avoir ensuite plus facilement accès aux textes », se réjouit un père resté assister à la séance.

« De voir que cela prend, ça me redonne goût à l’ouvrage ! », lance de son côté avec l’humilité de ses 69 ans le P. B e r t h o l d Munier, curé de la paroisse. « Les gens aujou rd’ hu i veulent se sentir acteurs. Les enfants nous voient aussi différemment, nous avons une relation moins scolaire », analyse Dominique Erhold, une des catéchistes.


Si le succès vient essentiellement des chants, le P. Munier ne manque jamais de rappeler qu’il s’agit de prières, et les entrecoupe de temps de méditation de paraboles.


Une formule qu’il invente et modifie continuellement, à partir d’un concept lancé dans le diocèse il y a trois ans par le P. Dominique Thiry, curé à Terville, dans le nord du département. Celui-ci faisait alors le pari que le succès remporté par la louange chez les évangéliques pouvait être tenté chez les catholiques.


Sa « Kids », qui réunit 15 enfants un samedi après-midi par mois, il l’agrémente, lui, de chants pop rock et gospel. « Les enfants aiment chanter et, avec des sonorités actuelles, ils n’ont pas à choisir entre leur culture et leur foi », explique le P. Thiry.


Il a aussi été repris depuis septembre dernier par la communauté de paroisses de Marly, où une quarantaine de 6-12 ans semblent adhérer à la proposition, et la communauté de paroisses du Ban-Saint-Martin projette de se lancer dans l’aventure.


« Les enfants aiment chanter et, avec des sonorités actuelles, ils n’ont pas à choisir entre leur culture et leur foi. »
Repost 0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 17:11
top louange 1top louange 3

top-louange-6.jpgtop louange 2

La louange au Top à l’approche de Noël…

 

Le 18 décembre, à quelques jours de la fête de la Nativité, l’église de Terville a résonné de chants joyeux et priants… De nombreuses personnes sont venues, de Maizières les Metz, de Metzeresch, et bien sûr de Thionville, pour se rassembler autour de l’abbé Dominique et louer le Seigneur. « Ho happy Day », « Ave Maria » dédiée tout spécialement à Christophe Weinacker à l’approche de son ordination, ayant eu lieu le dimanche 20 décembre en l’église saint Maximin par notre évêque, et bien d’autres chants ont porté les prières des fidèles, quel que soit leur âge…


De Siméon, six mois, dans les bras de Marie, sa maman, à  François et Jacques, des vrais professionnels du chant en canon, en passant par des personnes invalides, qui frappaient joyeusement dans leurs mains au rythme de la musique, tous ont, comme le disait Saint Augustin, « prié deux fois »…


« No hell », chant proposé tout spécialement à l’assemblée par l’abbé Dominique a pourtant suscité en dehors du refrain entraînant, des moments de silence …  car  les paroles projetées sur écran géant, sur un rythme de rap, étaient porteuses d’un message profond qui a touché les cœurs… Ce chant souligne combien Noël est tout le contraire de l’indifférence, de la surconsommation, de la course effrénée contre le temps et de  la recherche de plaisirs vains et éphémères …  Noêl, c’est d’abord « non à l’enfer de tout cela, oui à la joie, la paix, la sérénité, la pureté, l’innocence… » !


 Par cette soirée de louange l’abbé Dominique a réussi de manière joyeuse et non culpabilisante à rappeler à tous le message évangélique, à l’instar de Monseigneur Raffin dans son message de Noël: « être chrétien c’est accueillir Noël à la manière d’un petit enfant »…

 

"Déploie ton jeune courage, enfant ; c'est ainsi qu'on s'élève jusqu'aux astres."

Virgile (-70 / -19) ; citation extraite de L'éneide.

Solange Kirsch

 

Repost 0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 17:51


Repost 0
9 août 2008 6 09 /08 /août /2008 10:23
Pour les amoureux de la louange, je vous indique un site internet qui présente la louange chrétienne:

http://worship.duc-in-altum.com/

Allez-y de ma part......

amitiés

Dominique THIRY+

La musique chrétienne commence à s’imposer sur les ondes !! « Et voici un extrait de hard rock metal, vous êtes bien sur RCF Méditerranée » s’empresse d’ajouter Don Olivier... A évangélisation nouvelle, méthode nouvelle. Depuis la rentrée, 2 prêtres de la Communauté Saint-Martin s’occupent d’une chronique sur RCF : la Worship music. Ils n’ont pas hésité à s’improviser DJ pour que Jésus débarque partout, y compris parmi les jeunes que l’Eglise ne touche pas d’habitude, et ça déménage !

Qu’est-ce que la "Worship Music ? Comment avez-vous été conduits à la découvrir... et à l’apprécier ?

Don Pascal : Par « Worship Music » on entend l’ensemble de la musique de variété chrétienne. Elle va bien au-delà de la prière d’adoration (worship) proprement dite. On y trouve des styles très différents, de la Pop au Whit Metal en passant par la Country, le Rock, la Dance ou la Techno...
Don Olivier : Don Pascal et moi avons découvert cet immense champ musical, ce formidable moyen d’Évangélisation, grâce à un album de Rebecca Saint James qui est sans aucun doute celle qui incarne le mieux aujourd’hui ce ministère d’Évangélisation par la musique.

Vous croyez que c’est un bon moyen pour évangéliser ?

Don Pascal : Tout d’abord, il faut en effet rappeler que ce n’est qu’un « moyen d’évangélisation ». Ce n’est pas une fin en soi ! La différence entre les stars du show bizz et les stars de la « Christian Music » c’est que là, c’est le Seigneur qui a la première place : Jesus number one !
Don Olivier : Alors oui, c’est un bon moyen d’évangélisation. Il est évident que la jeunesse actuelle est en recherche de témoins de la Foi, et la worship music permet un témoignage direct, à une échelle mondiale. C’est aussi un moyen de faire entrer la Parole de Dieu chez les gens, dans les chambres des jeunes que nous ne touchons pas habituellement.

Et vous n’hésitez pas à l’utiliser ! Vous avez ainsi atterri dans les locaux de RCF pour des émissions hebdomadaires. Comment s’inscrit cet apostolat dans votre vie de prêtre diocésain ?

Don Pascal : C’est d’abord un nouveau concept que nous avons voulu apporter sur les ondes chrétiennes. Cette musique, nous l’utilisons en paroisse pour nos soirées d’évangélisation, alors pourquoi pas ne pas faire la même chose à une plus grande échelle ?
Don Olivier : Et puis c’est un service d’Église auquel nous avons répondu avec joie et sans doute un peu d’inconscience...

Qu’évoquez-vous au cours de ces émissions ?

Don Pascal : Le concept de l’émission est de faire découvrir le vaste champ de la musique chrétienne, le programme est donc essentiellement musical. Sur 25 minutes, on diffuse 5 à 6 titres avec une présentation de l’artiste et du message contenu dans les chansons.
Don Olivier : Les émissions sont de 3 types : soit on présente un style de musique (pop-louange, gospel, rock, rap, reggae, Rn’B...) avec un échantillon de plusieurs albums français, anglais et espagnols ; soit on présente un artiste en particulier avec ses derniers albums comme on l’a fait pour Rebbeca St James, Rachael Lampa, Exo, Nicolas Ternisien... soit on aborde un thème particulier d’après le message de certaines chansons comme la miséricorde, la louange, l’Esprit-Saint... pour une catéchèse très simple illustrée par les titres diffusés.

Un verset de la Bible qui illustre pour vous cet apostolat ?

Don Pascal : Alors Raphaël les pris tous les deux à part et il leur dit : "Bénissez Dieu ! Célébrez le au milieu de tous les vivants pour ses bienfaits à votre égard ! Bénissez et chantez son nom ! Faites connaître à tous les oeuvres de Dieu, comme elles le méritent et ne cessez pas de le remercier ! Il est bon de garder les secrets du Roi, mais il est très recommandé de révéler et de publier les merveilles de Dieu. Remerciez-le comme il convient. Faites ce qui est bien et vous ne connaîtrez pas le malheur." (Tobie 12, 6- 8)
Don Olivier : Chantez à Yahvé un chant nouveau ! Chantez à Yahvé, toute la terre ! Chantez à Yahvé, bénissez son nom ! Proclamez jour après jour son salut, racontez aux païens sa gloire, à tous les peuples ses merveilles ! (Ps 95/96, 1-3)

Repost 0
21 juin 2007 4 21 /06 /juin /2007 16:34
par Philippe Decorvet
 
Créés pour la louange
La création tout entière a été créée pour louer Dieu. La nature chante son Seigneur (Ps. 19:2). Dans le Ps. 8: 2-5, le psalmiste en regardant le ciel y voit la main de l’Éternel. Dieu a créé la terre belle pour qu’à sa manière elle loue le Christ. Les psaumes nous invitent à la louange du Créateur. Rom. 1:20 nous dit que les ouvrages de Dieu dans la création, lorsqu’on prend la peine de les regarder, parlent de Dieu, de sa grandeur, de sa perfection, de sa divinité. La création tout entière est donc appelée à louer Dieu.
Mais cette création a été atteinte par le péché. Elle attend le jour de son rétablissement final (Rom. 8:22), le moment où elle pourra louer le Seigneur d’une manière nouvelle. Cette invitation à la louange ne concerne pas seulement la création visible mais aussi la création invisible. Les anges, les archanges et toute l’armée des cieux sont appelés à louer Dieu, à proclamer sa sainteté (Es. 6:1-4).
L’Apocalypse contient beaucoup de louange (Apoc. 5:6-10, 13). Ce livre qui lève un peu le voile sur les nouveaux cieux nous parle de la louange cosmique. Il nous apprend que dans le ciel nous louerons le Seigneur. Il est intéressant de noter le nombre de fois qu’il est écrit dans la Bible: alléluia, c’est-à-dire louez l’Éternel! La prière que Jésus nous a donnée, le "Notre Père", commence par la louange. Ainsi tout a été créé pour la louange de Dieu: la nature visible et invisible et l’homme lui-même.
En Jésus-Christ, re-créés pour la louange
Le péché a détruit, oblitéré cette louange. Le péché consiste à prendre pour soi ce qui aurait dû être au Seigneur. Créé pour la communion avec le Créateur, l’homme a voulu prendre pour lui la gloire. Il a préféré être autonome et a ainsi refusé de servir pour la louange de Christ. Cette attitude a conduit à la rupture. À cause de cela, Dieu créera une nouvelle terre et de nouveaux cieux. Mais avant l’accomplissement de cette promesse, Dieu est déjà intervenu en Jésus-Christ. Le Seigneur agit dans nos vies pour nous permettre de retrouver la louange. La Croix est le lieu par excellence où nous pouvons louer Dieu à cause de son amour. Notre louange dépend de notre compréhension de l’amour de Dieu à la Croix. "Ne serais-je pas le plus ingrat des hommes si je n’en étais pas le plus reconnaissant?" (Adolphe Monod, sur son lit de mort). Quand nous avons compris l’œuvre de pardon, d’amour, de re-création du Christ à la Croix nous pouvons à nouveau louer Dieu. La Croix nous ramène dans le but que Dieu avait pour nous: la louange.
Nous avons été créés pour la louange. Nous avons été re-créés en Jésus-Christ pour la louange. Louer Dieu est le but de notre vie.
Puissance de la louange
Prenons l’exemple de Job. Les deux premiers chapitres de ce livre en constituent la clé de compréhension. Job est très riche, il craint l’Éternel. Satan dit à Dieu: "C’est normal que Job croie en toi, il a tout ce qu’il veut; mais enlève-lui ses richesses et il te maudira en face". Dieu accepte cette proposition. Job perd tout, mais il continue de louer Dieu (1:21). Alors Satan, malin et méchant, revient à la charge. Il est convaincu que si Dieu prive Job de sa santé, ce dernier le maudira. Car pour le diable, il n’est pas possible de louer Dieu "pour rien", sans en retirer quelque avantage. Avec l’assentiment de Dieu, Job tombe malade. Il tient parfois des propos étonnants, car il ne comprend pas ce qui lui arrive. Mais il reste fidèle, il continue à louer son Dieu. Et Satan en a la bouche fermée.
L’expérience de Job nous apporte un élément pour comprendre un peu le problème difficile de la maladie. Lorsqu’un malade guérit cela étonne les hommes mais pas Satan. Il connaît bien, lui, la puissance de Dieu. Ce qui le surprend par contre, c’est de voir des chrétiens louant Dieu lorsqu’ils n’en retirent aucun avantage. Nous avons ainsi deux témoignages à rendre: devant les hommes et devant les puissances. Si la guérison de la maladie peut être un témoignage devant les hommes, la louange dans l’épreuve qui demeure est un témoignage devant les puissances. Et l’importance de ce témoignage ne saurait être sous-estimé. Paul nous rappelle en effet que les puissances connaissent par l’Église le dessein de Dieu (Eph. 3:10). David disait:"Je m’écrie: loué soit l’Éternel! et je suis délivré de mes ennemis." (Ps. 18:4). Il y a comme une puissance d’exorcisme dans la louange: par ce moyen l’ennemi est vaincu. La louange est le rappel de la défaite de Satan. Ce dernier essaie de nous ébranler, mais lorsque nous affirmons que Jésus est Seigneur, il est obligé de reconnaître que c’est vrai. Il ne peut pas le contester puisque cela s’est réellement passé. La louange est donc une victoire sur les puissances.
La première chose que l’effusion de l’Esprit opère dans le cœur des croyants, à la Pentecôte, c’est la louange (Actes 2:11). L’Esprit Saint descendant sur eux leur fait "raconter les merveilles de Dieu".
Exerçons la louange
1. Louons Dieu pour ce qu’il est, pour Lui-même. Si nous analysons nos louanges, nous découvrons combien nous louons pour ce que Dieu nous a donné. Notre louange est souvent ramenée à nous-mêmes, alors que les psaumes nous entraînent souvent dans une adoration tournée vers Dieu (cf. Ps. 148, 150). Nommons les différents noms donnés à Dieu dans la Bible. Louons-Le pour tout ce qui nous est dit de Lui dans sa Parole.
2. Louons Dieu pour sa création, pour tout ce que nous voyons autour de nous.
3. Louons Dieu pour nous-mêmes. "Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse" (Ps. 139:14). C’est vrai, nous sommes pécheurs, mais le Seigneur nous aime. Nous n’avons pas à louer le péché qui est en nous, mais à nous accepter en tant qu’hommes ou femmes créés par Dieu. "On ne peut pas aimer les autres si on ne s’aime pas soi-même" (W. Trobish). Cela rejoint ce que disait Jésus: "tu aimeras ton prochain comme toi-même". Louons Dieu parce qu’Il nous a créés nous, tels que nous sommes.
4. Louons Dieu pour sa rédemption. Louons-Le pour le Christ, pour sa Croix, son incarnation, ses souffrances, sa mort, sa résurrection, son ascension, son retour. Louons-Le pour l’Esprit qu’Il répand.
Notre louange peut ainsi suivre la vie et l’œuvre du Christ. Car le but suprême de la louange, c’est précisément Jésus, comme le dit à plusieurs reprises l’Apocalypse. "À l’Agneau immolé soient la louange, l’honneur, la gloire… T u es digne, ô Seigneur, de recevoir la force, la puissance, la sagesse, l’honneur, la louange, la gloire…" Ces termes sont adressés à l’Agneau immolé, au Christ crucifié. C’est donc Lui que nous pouvons louer.
5. Nous pouvons aussi louer le Seigneur en esprit, par des chants en langues.
6. Louons le Seigneur par la foi. Ce n’est pas seulement quand nous nous sentons heureux et "en forme" qu’il faut louer Dieu. Mais aussi quand nous sommes assaillis par l’épreuve ou le doute. Quand David s’écriait: "loué soit l’Éternel et je suis délivré de mes ennemis" (Ps. 18:4), qui étaient ces ennemis? Peut-être le doute précisément, l’angoisse ou la peur. Dans les moments de découragement aussi louons le Seigneur. Non pas en nous efforçant artificiellement d’être joyeux mais en rappelant simplement qui est Dieu et ce qu’il a fait en Jésus. En confessant honnêtement nos difficultés mais en disant aussi, Dieu reste le Seigneur, Il est vivant.
La louange est un exercice difficile qui ne nous est pas naturel. C’est l’Esprit qui suscite en nous cette puissance-là. C’est pourquoi nous ne pouvons aborder la prière qu’en demandant humblement au Seigneur de renouveler son Esprit en nous.
 
Repost 0
23 avril 2007 1 23 /04 /avril /2007 18:00
Le petit frère des soirées Top-Louange vient de se lancer:
Après-midi « Kid’s Louange »: C’est nouveau, c’est pour toi qui as entre 8 et 13 ans. Viens chanter avec nous, avec les chants de la première communion et bien d’autres…. Que des nouveautés très ryhtmées et survitaminés : de la vraie louange ! On t’offre le goûter. Préviens tes copains et tes copines….Ça va être super!
 
Toutes les infos sur: http://toplouange.over-blog.fr
Repost 0
19 avril 2007 4 19 /04 /avril /2007 22:04

Chers amis, je suis heureux de vous présenter notre nouveau logo (*) pour l'activité Top Louange.

Plus j'avance dans la découverte de la louange, plus je mesure l'importance de ce qu'elle est pour la foi à l'heure actuelle. Sa capacité d'évangélisation, ce n'est ni plus ni moins que sa capacité de sanctification et d'humanisation profonde. La louange touche l'intérieur de l'homme en le libérant de lui-même et en le recentrant sur le Seigneur. Simplement au cours de la messe, si nous sommes attentifs aux paroles du célébrant, il y a une véritable invitation à rendre la louange au Christ Sauveur. La louange, c'est le terme eschatologique de l'existence humaine. C'est un terme que nous pouvons atteindre tout de suite. Inutile d'attendre de passer sur l'autre rive. D'ailleurs ce n'est pas un terme, c'est plutôt un sommet. C'est bien un TOP!

Je disais ceci à mes paroissiens, dans le feuillet paroissial du 21 avril 2007:

avec une petite équipe, nous lancerons la première soirée TOP-LOUANGE. C’était l’une des propositions de notre projet paroissial. Elle sera mise en œuvre dès le mois de mai. Je voudrais approfondir cette thématique de la louange avec vous pour bien comprendre l’intérêt de cette proposition dans la perspective du renouvellement de notre communauté.
1. La louange est une forme de prière éminente très présente dans l’Ecriture. Mais elle n'est pas la seule forme de prière. Les psaumes, qui sont un des modèles pour notre prière, comprennent toutes sortes d'attitudes spirituelles: l'angoisse y est présente, la demande, le doute, la méditation, etc.
La louange y tient toutefois une place privilégiée. Et souvent, un psaume commençant dans l'angoisse ou le doute se termine par la louange. Puissions-nous d’ailleurs convertir en louange nos angoisses et nos doutes!
2. La louange invite à reconnaître Dieu dans ce qu’il est en vérité : bonté infinie, bien diffusif de soi, désireux de se communiquer et de se donner à nous . La louange nous décentre de nous-mêmes, et nous aide à laisser le Seigneur guérir nos blessures intérieures qui nous recroquevillent sur nous-mêmes. La louange a une grande capacité de libérer le cœur humain de ses entraves.
3. Je ne loue pas Dieu pour une réussite « terrestre ». La réussite... n'est pas terrestre ! Pour un chrétien, elle est d’entrer dans le Royaume de Dieu, dans son plan, dans sa volonté. Il ne faut pas juger des événements comme si la réussite matérielle ou sociale était le seul critère. La louange nous aide à replacer notre vie dans son cadre d’ensemble et dans sa finalité.
4.La louange est inconditionnelle. Il ne s'agit pas de louer pour obtenir quelque chose! Ce serait une prière de demande déguisée, et non une louange. La louange ne demande rien! Elle remercie Dieu avec confiance, parce qu'elle est convaincue, dans la foi, qu'il nous aime beaucoup mieux que nous nous aimons nous-mêmes, et qu'il sait beaucoup mieux que nous ce qui est bon pour nous. La louange est inconditionnelle: elle ouvre les portes à Dieu, pour qu'il agisse comme il l'entend. Elle le remercie de son amour.
5.Je peux choisir la louange ! Dans les moments où la louange est difficile, choisissons de nous situer (comme toujours) dans la foi. La louange dans les épreuves paraît contraire au bon sens! Il ne s'agit pas alors de ressentir quelque chose, ou d'abandonner parce que "non, décidément, cela ne marche pas". Qu'est-ce qui devrait "marcher"? La louange est gratuite. On ne loue pas pour obtenir quoi que ce soit. On loue parce qu'on aime, et qu'on veut aimer. Accepter la louange, aussi paradoxale soit-elle, c'est se prescrire à soi-même un changement d'attitude: pour apprendre à voir le monde, les personnes qui nous entourent comme Dieu les voit. La louange, c’est de la vraie vitamine!
Que le Seigneur nous aide à présent à creuser cette dimension du coeur qui se révèle dans la louange, le meilleur de l'humain, sa capacité à s'émerveiller de Dieu!
Dominique THIRY+
(*) (copyright 2007-Dominique THIRY - Tous droits réservés) 
Repost 0
13 avril 2007 5 13 /04 /avril /2007 09:24

 

Chers amis,

nous lançons les premières soirées Top-Louange. Nous avons besoin de redécouvrir l'importance de la louange dans notre vie chrétienne. L'Ecriture nous invite à la vivre. Elle libère nos intériorités blessées et permet une expression et une croissance de la foi dans un contexte culturel difficile.

Nous apprendrons ensemble de nouveaux chants dans une ambiance détendue,fraternelle, et simple. Vient qui veut comme il veut. Il ne s'agit pas d'un groupe de prière du renouveau au sens habituel, ni d'une chorale où il faudrait s'astreindre à des répétitions, mais simplement d'une découverte de la louange avec l'aide de la technique moderne sur des musiques actuelles et ryhtmées avec projection sur grand écran.... (Karaoké). Tout chrétien est invité à vivre la louange comme un bienfait pour sa propre vie. Ces soirées s'adressent à tous.

Dès que ce sera possible, nous lancerons aussi la "kid's louange" particulièrement adaptées aux enfants.

Au programme: que de la détente et de la liberté intérieure, se faire du bien en louant le Seigneur en toute simplicité et en découvrant qu'il peut être notre centre.

Avec la petite équipe qui s'affère pour soigner la soirée, on vous dit à bientôt, avec nous, pour un soir et pour sortir du noir!

retouvez nous sur: http://toplouange.over-blog.fr

 

Repost 0